« Dîner des grands chefs » : Un martiniquais exclu du repas

« Dîner des grands chefs » : Un martiniquais exclu du repas

Le chef étoilé Marcel Ravin affirme avoir été victime de discrimination en se voyant interdire l’accès à un dîner auquel il était convié en présence d’Emmanuel Macron.

Dimanche dernier (26 septembre), le chef étoilé Marcel Ravin se serait passer de cette mésaventure. Le Martiniquais était invité à participer à un dîner offert en l’honneur des  » grands chefs cuisiniers et pâtissiers et des acteurs de la gastronomie française dans le cadre du Sirha Lyon 2021 « . Invitation en main, Marcel Ravin se présente à la préfecture de région Auvergne-Rhônes-Alpes, mais n’ira pas plus loin. La raison : son nom n’est pas sur la liste.  » Triste soirée. Être invité et finir sur un trottoir à bouffer une andouillette comme compagnie car refusé à l’entrée… vive la gastronomie française et la fraternité « , confiait-il le soir-même sur les réseaux sociaux.

En effet, loin du faste et de la convivialité de la soirée à laquelle il aurait dû participer, Marcel Ravin a fini sa soirée dans un petit restaurant. Une soirée qui laisse un goût amer au Martiniquais. L’affaire aurait pu s’arrêter là, mais Marcel Ravin a vécu cette expérience comme une discrimination, une  » humiliation « . Le lendemain de cet épisode, le chef martiniquais prend du recul, mais ne décolère pas.

 » Je vous ai livré mes émotions suite à ce très désagréable incident. Je vous ai fait part de l’humiliation subie et croyez-moi, j’aurai préféré vous parler cuisine… Oui je parle de ma différence, celle de mon histoire avec tout ce qu’elle comporte. Ceux qui me connaissent vraiment, savent qu’elle n’est pas commune. Je suis martiniquais français, noir, je suis chef étoilé et je ne suis l’élève d’aucun grand chef ou système. J’ai donc eu à me battre pour ma passion et je continuerai « .

 

« Choqué et déçu »

« Ils m’ont dit que je n’étais pas sur la liste et leur responsable n’a rien voulu savoir », affirme Marcel Ravin, « choqué et déçu ». « Triste soirée. Être invité et finir sur un trottoir à bouffer une andouillette. […] Et on m’explique que nous ne sommes pas différents. Je vous raconterai ce qu’est l’humiliation », a-t-il écrit sur Facebook.

« J’ai l’espoir que notre profession se fédère et qu’aucun chef reconnu par ses pairs ne soit plus jamais laissé sur le pas de la porte. Je veux croire que l’organisation de cet événement s’excuse du manque de considération », a-t-il ajouté, tandis que le président de la collectivité territoriale de Martinique, Serge Letchimy, dénonçait « un acte inacceptable ».

 

« Énième épreuve »

 » J’ai le droit d’assimiler une énième épreuve à mon parcours, j’ai le droit de l’ajouter à celles déjà surmontées. Ça dérange certains, met mal à l’aise d’autres mais pourquoi devrais-je me taire de peur qu’on fasse le lien avec ma couleur de peau ? Je ne crie pas au crime, je dénonce des faits concrets. Je n’incrimine quiconque personnellement, je déplore un manque de fraternité. Je ne divise pas, je rassemble pour mieux se faire entendre.  »

Selon une source proche des organisateurs de l’événement, le chef Marcel Ravin n’était pas sur la liste car il n’aurait tout simplement pas confirmé sa venue en répondant à l’invitation.

Même si cette soirée a été vécue comme une insulte par ce dernier, Marcel Ravin retient également quelques points positifs.

 » Je garde en mémoire le meilleur… toute la compassion du vigile gêné de pas avoir pu faire déplacer un organisateur et la bienveillance des policiers tristes de me voir repartir mon carton à la main et ma veste blanche sous le bras… « , explique-t-il dans un message posté sur les réseaux sociaux.

Acte de discrimination ?

« Triste soirée. Être invité et finir sur un trottoir à bouffer une andouillette comme compagnie car refusé à l’entrée… Vive la gastronomie française et la fraternité. À travers les images diffusées… Cherchez l’erreur », a-t-il écrit sur Facebook, accompagnant son texte d’une photo, pour insister sur le manque de diversité visiblement présent à cette soirée.

Car pour lui, pas de doute, s’il n’a pas pu participer au repas, c’est à cause de sa couleur de peau. Dans un deuxième post, plus long, il détaille : « Oui je parle de ma différence, celle de mon histoire avec tout ce qu’elle comporte. Ceux qui me connaissent vraiment, savent qu’elle n’est pas commune. Je suis Martiniquais français, noir, je suis chef étoilé et je ne suis l’élève d’aucun grand chef ou système. J’ai donc eu à me battre pour ma passion et je continuerai ».

 

Pour GL Events, « il n’y a rien d’orienté là-dedans »

Interrogé lundi soir, GL Events a évoqué « une erreur malencontreuse ». « On regrette cet incident évidemment involontaire de notre part, il n’y a rien d’orienté là-dedans », a déclaré Luc Dubanchet, directeur des marques Sirha Food. Selon lui, « a priori », Marcel Ravin ne figurait pas sur les listes faute d’avoir répondu à son invitation. D’autres personnes étaient dans son cas dimanche soir, « pour lesquelles on a pu rattraper le coup car on a été prévenu ». « Mais là, on n’a pas été mis au courant, hélas », a ajouté Luc Dubanchet en présentant les excuses de GL Events à Marcel Ravin.

 

Marco

Marco